Publiée le 26 janvier 2021 à 20:26

Dans l'Orne, des éoliennes trop bruyantes mises à l’arrêt

Les éoliennes d'Échauffour ont été installées en avril 2019, il y a presque deux ans. Mais Aurélie, une jeune maman, ne s'y est jamais habituée. "Si vous avez un bruit que vous n'entendez plus, il ne posera pas de problème. Mais là, avec les conditions de vent qui sont changeantes, vous n'entendez jamais la même chose", se désole-t-elle. Aurélie n'est pas la seule à subir les nuisances sonores de ces éoliennes qui dominent le village. La vallée qui les sépare accentue le son qui fait parfois trembler les murs des maisons. Trois études ont été menées et l'ont confirmée : il est trop élevé ! Malgré le bridage, c'est-à-dire la réduction de la vitesse des pales, les nuisances persistent. Un collectif de 16 personnes a été créé. La préfecture a pris une décision, plutôt rare, celle d'arrêter le fonctionnement du parc éolien et de demander une quatrième étude. "On attend qu'il y ait une vraie clarté, une vraie transparence dans la manière dont va être mené cette étude.Et qu'il n'y ait plus de combine, de trucage, de maquillage de données, et que les autorités préfectorales avec les experts que nous avons choisi aussi, puissent analyser la situation et nous faire revenir à une situation normale, sans nuisance sonore", souhaite Fabien Ferreri, membre du collectif "Contre les nuisances sonores des éoliennes d'Échauffour. Les habitants souhaitent tout de même le maintien des éoliennes. Elles rapportent 60 000 euros par an de taxe à la commune et la communauté de commune.


20210126TF1.mp4

Des habitants du Pilat et des associations anti-éoliennes sommés de payer 893.000 euros par Total Quadran

Dimanche 17 janvier 2021 à 13:54 - Par Céline Autin, France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Drôme Ardèche

Vingt-neuf habitants du Pilat et trois associations anti-éoliennes sont assignés par la SAS Les Ailes de Taillard, dont fait partie l'entreprise Total Quadran, à payer 893.040 euros, pour "recours abusifs". Leur avocat verse les premières pièces au dossier ce lundi au tribunal de Saint-Étienne.

Nouvel épisode du bras de fer entre anti- et pro-éoliens dans le Massif du Taillard (image d'illustration). © Maxppp - PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Un huissier devant la porte, et 893.040 euros à payer : voilà ce que trois associations anti-éoliennes, et 29 riverains du Massif de Taillard, à cheval sur la Loire, la Haute-Loire et l'Ardèche, ont découvert en juin dernier. C'est l'entité SAS Les Ailes de Taillard, constituée par Total Quadran, des collectivités locales et des citoyens, qui est à l'origine de cette assignation pour "recours abusifs". Les premières pièces sont versées au dossier ce lundi 18 janvier, devant le tribunal judiciaire de Saint-Étienne, par l'avocat des assignés.


Une nouvelle étape judiciaire dans un face à face tendu

L'assignation fait suite à une histoire déjà chargée entre les pro-et les anti-éoliens du massif de Taillard. Trois projets d'une trentaine d'éoliennes sont prévus sur quatre villages : Saint-Sauveur-en-Rue et Burdignes, dans la Loire, Riotord en Haute-Loire, et Vanosc en Ardèche. La SAS Les Ailes de Taillard fait avancer le projet le projet des 10 éoliennes de la Loire depuis 2013.


Mais elle rencontre l'opposition de plusieurs riverains et de trois associations locales : Protégeons Taillard, Les sources de Taillard, et Défense du Patrimoine de Saint-Sauveur-en-Rue. Après la signature du permis de construire en 2018, les opposants intentent un recours auprès du Tribunal administratif de Lyon, rejeté le 27 mars dernier. Ils décident alors de faire appel auprès de la Cour d'appel administrative de Lyon le 23 juillet 2020.


Entre temps, la SAS Les Ailes de Taillard assigne les anti-éoliens devant le tribunal judiciaire de Saint-Étienne, le 18 juin 2020, à payer la somme de 893.040 euros pour "recours abusifs", au vu des retards qu'aurait pris la mise en exploitation du site.


Une mesure d'intimidation selon les anti-éoliens

Tous les assignés décrivent le même choc, au matin du 18 juin 2020, lorsqu'ils reçoivent un huissier sur le pas de la porte venu leur remettre l'assignation. "Certains riverains sont des familles, des personnes âgées, des gens modestes, décrit Henri Delolme, président de l'association Protégeons Taillard. Psychologiquement, il y a eu des dégâts. Une famille s'est même demandée si elle allait devoir vendre sa maison, en cas de condamnation".


Après la stupéfaction viennent la colère et la peur, explique Céline Cartellier, pour l'association Les sources de Taillard : "On s'est retrouvés pour en discuter, débattre de retirer ou non notre appel. Quelques personnes se sont retirées, mais la majorité est restée." Les opposants dénoncent une mesure d'intimidation de la part de Total Quadran, l'entreprise qui constitue 50% de l'entité SAS Les Ailes de Taillard : "On veut nous faire peur, soutient Céline Cartellier. Mais on reste convaincu de notre bon droit. On n'a fait qu'utiliser la possibilité de contester un projet, dans le cadre des recours prévus par le Code de l'environnement."


"C'est Total qui s'en prend à des gens ordinaires." - Céline Cartellier, association Les sources de Taillard.


L'ampleur du montant demandé semble bien au-delà des capacités individuelles des riverains et associations assignées. Mais Céline Cartellier veut y croire : "Certes c'est Total, et on n'est pas très nombreux. Mais on est très motivés, et cette mobilisation est à la hauteur des moyens financiers de Total ! On n'est pas du genre à renoncer, l'avenir de nos enfants est en jeu." Les opposants ont aussi recueilli le soutien de vingt personnalités, parmi lesquelles Stéphane Bern, Annny Duperey ou Françoise Chandernagor, qui ont adressé une lettre au président de Total, Patrick Pouyanné, en décembre dernier.


L'obstruction a assez duré pour la SAS Les Ailes de Taillard

Total Quadran n'a pas souhaité s'exprimer, "pour ne pas ajouter de l'huile sur le feu à un dossier sensible", nous a-t-on répondu. En revanche, au sein de la SAS Les Ailes de Taillard, les collectivités locales qui travaillent au côté du groupe privé défendent l'assignation.


"Il n'y a rien d'exorbitant dans le montant réclamé." - Stéphane Heyraud, président de la communauté de communes locale.


"Il ne faut pas se tromper de victime", attaque Stéphane Heyraud, président de la communauté de communes des Monts du Pilat et du comité stratégique de la SAS. Quand on perd une action devant le tribunal administratif, on ne peut être que faussement surpris d'être assigné devant le tribunal judiciaire, et dans ce cas-là, on fait profil bas."


Il n'y a rien de choquant, selon lui, dans le montant réclamé aux assignés : "Oui, on touche à un dossier dans lequel beaucoup d'argent a été investi. On parle d'un projet qui couvrirait les besoins en électricité d'au moins 20.000 ménages. 893.000 euros, cela correspond simplement à une année et demie d'exploitation".


Le maire de Bourg-Argental appelle à ne pas focaliser l'attention sur Quadran Total : "il y a aussi des collectivités locales et des citoyens dans la SAS. On a pris cette décision à l'unanimité. Il faut rappeler que l'origine du projet est publique." Stéphane Heyraud admet une certaine exaspération : "On vit aujourd'hui, sur le territoire, une forme de fatigue et d'épuisement face à des opposants qui sont dans une technique juridique qui vise à retarder l'échéance d'un projet ... projet qui va finir par voir le jour." Réponse devant les tribunaux.

 Illustration : Jean-Paul Van Der Elst.

Un projet d’éoliennes de Total sème la zizanie dans les monts du Pilat

Le groupe pétrolier et des élus locaux d’un côté, des riverains, des défenseurs des oiseaux et même Stéphane Bern de l’autre… Dans le parc naturel du Pilat, un projet de dix éoliennes déchire pro et anti-moulins à vent. Comme une parabole des difficultés que rencontre la filière pour s’implanter dans la région lyonnaise.


2 mars 2021

Un projet d éoliennes seme la zizanie dans les monts du pilat.pdf

Reportage ayant pour thème

 "les recours juridiques en matière d'éolien".

ÉOLIENNES, de MOINS EN MOINS POPULAIRES.mp4

Journal 20h00 - Édition du lundi 24 mai 2021

2021

2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021